FEFFS 2019 section jeux vidéo et réalité virtuelle

Views

Du 13 au 22 septembre 2019 se déroulait la 12ème édition du Festival Européen du Film Fantastique de Strasbourg avec pour invité d’honneur Robert Rodriguez (rien que ça !). La thématique de cette année était dédiée aux Aliens.

Côté jeux vidéo et réalité virtuelle, c’était au Shadok qu’il fallait se rendre. Du retrogaming sur bornes d’arcade et sur consoles, des expériences en VR (et autres événements dont la master class de Jan Kounen ou encore la table ronde sur les nouvelles technologies du cinéma en réalité virtuelle), un marathon speedrun et d’autres rendez-vous comme la table ronde sur l’avenir des Open Worlds et la fameuse 7ème édition de l’Indie Game Contest vous offraient une belle programmation !

Indie Game Contest

Parmi les 12 finalistes, la compétition internationale de jeux vidéo indépendants a donné du fil à retordre à notre jury composé de Hugo Terra et Maxime Bardet (de la chaîne YouTube Game Next Door), de Miss Myu (game designeuse et vidéaste) et de Jehanne Rousseau (directrice du studio Spiders). L’Octopix du meilleur jeu a finalement été attribué à Backbone (une aventure narrative aux teintes de film noir, dans laquelle le joueur est aux commandes de Howard Lotor, un détective privé aux traits de raton-laveur). Un prix mérité pour ce superbe jeu canadien développé par EggNut. Le prologue est d’ailleurs disponible gratuitement sur Steam.

Backbone

Voici un petit panel de jeux que j’ai pu tester durant le Festival.

Odd Waters est un jeu d’une équipe d’étudiants (CNAM-EMJIN) au concept de navigation de navire par déplacement sur map. Différentes énigmes permettront de savoir comment se déplacer au sein d’un univers conçu en panneaux d’illustrations successifs.

Si l’ensemble visuel est plutôt réussi, on subit pour l’instant une progression linéaire mal équilibrée. Une fois le tutoriel passé, après deux énigmes enfantines, une troisième, sujette à interprétation, bloque l’expérience de jeu.

Odd Waters

Pile Up! est un puzzle-plateformer coopératif, comme il devrait y en avoir plus. On y incarne des boîtes en carton qui doivent se coordonner et s’empiler pour progresser dans les levels.

Du carton, il y en a partout dans l’esthétique du jeu, qui, on ne peut pas s’y tromper, est celle d’un Party Game.

Pile Up!

Si vous aimez les Zelda-like créés par des fans d’action-RPG, Last Moon est fait pour vous. Autant je suis tombé sous le charme, autant je suis sévère sur l’intro, qui me semble longuette. Et un petit bug, sur la version exposée, ne m’a pas permis d’utiliser le bouclier correctement. Malgré tout, j’ai très envie de voir la suite du nouveau jeu de l’équipe qui a fait Koloro.

Last Moon

Le prix du public a été attribué à ScourgeBringer

Jump, dash, bim, bam, boum, slash ! ScourgeBringer fait dans l’efficacité. Il faut avoir joué pour comprendre la fluidité de ce Metroidvania une fois la manette en main. C’est d’ailleurs probablement ce qui lui a permis d’avoir le prix du public de l’IGC. On est incroyablement satisfait du déplacement du personnage et de son dash aérien.

ScourgeBringer

Table ronde : Quel avenir pour les Open Worlds ?

Table ronde : Quel avenir pour les Open Worlds ?

Animée par Maxime et Hugo de la chaîne YouTube Game Next Door (une chaîne que je vous recommande fortement !), créateurs de l’émission Loop sur Gamekult et coanimateurs du podcast Fin du Game, Jehanne Rousseau, directrice et cofondatrice du studio français Spiders (à l’origine du jeu Greedfall), et Sébastien Genvo, professeur en ludicisation du numérique à l’Université de Lorraine et game designer du jeu Lie in my heart, cette table ronde n’a pas vraiment répondu à la question posée mais n’a pas manquée de pertinence et était très intéressante (avec des points de vue venant d’horizons différents, c’est tout à fait normal !). Même en ayant pris des notes, je me suis moi-même perdu dans les échanges de nos invités. Je vous rassure, vous allez vous retrouver dans toutes les références énoncées ! Mais pour résumer ; les intervenants semblaient discuter toutes les limites des mondes ouverts. Bizarrement, cet oxymore constamment évoqué, suscitant le débat, ne rappelait que la base du jeu, c’est-à-dire ses règles.
Vous pouvez vous-même vous faire votre propre avis sur ce passionnant débat en visionnant la vidéo sur la chaîne d’Original Event : https://www.youtube.com/watch?v=K9xCjIj6LlU

À noter que les jeux de l’Indie Game Contest seront jouables au Shadok jusqu’au 30 novembre 2019, donc n’hésitez à y faire un tour !

FEFFS 2019 section jeux vidéo et réalité virtuelle

Photo du profil de Pierre Dugame
About The Author
-

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>