Cultures et mondes ludiques : Quand le jeu s’invite dans la recherche universitaire – Prologue

Views

Depuis une dizaine d’années, des chercheurs travaillent sur le jeu vidéo à l’Université de Strasbourg, que ce soit en sciences sociales, en sciences du langage ou en études cinématographiques.

Le premier projet financé par l’Université en partenariat avec la Région Alsace et Oséo remonte à 2007 : Thélème est un projet de jeu massivement multijoueur pour l’apprentissage du français langue étrangère, qui associe pour sa conception des chercheurs du CNRS et de l’Université de Strasbourg et des professionnels du jeu vidéo (game designers, développeurs, illustrateurs…). Il donne lieu en 2009 à la création de deux startups, Almédia et Ernestine, qui existent toujours et continuent à entretenir des liens avec les laboratoires universitaires dans le cadre de programmes pluridisciplinaires de R&D. En 2011, la Revue des sciences sociales, publiée à Strasbourg, sort un numéro sur le thème « Jeux et enjeux », qui sera l’un des points de départ d’une coordination de la recherche francophone en sciences du jeu, avec le lancement par la suite de la revue Sciences du jeu.org.

Thélème

Ces travaux restaient cependant menés en ordre dispersé, alors que plusieurs acteurs du domaine sentaient le besoin d’une coordination entre chercheurs de disciplines différentes, et entre la recherche et le secteur économique au plan local, strasbourgeois et régional. En 2017, Laurent Di Filippo, qui travaille à l’époque comme chercheur chez Ernestine, et Patrick Schmoll, ingénieur de recherche et anthropologue au laboratoire DynamE, ont l’initiative d’une liste de diffusion et de réunions ouvertes aux professionnels, associatifs et chercheurs intéressés. L’un des intérêts de ces réunions et échanges est, d’une part, d’inscrire la recherche sur le jeu vidéo dans la perspective plus large des sciences du jeu en général (en y associant par exemple les jeux de rôles). D’autre part, la liste est ouverte non seulement aux chercheurs et professionnels, mais également aux usagers, les joueurs, par l’intermédiaire de leurs associations.

En novembre 2018 se tient à la Maison Interuniversitaire des Sciences de l’Homme Alsace une « master class » qui va permettre le lancement d’une dynamique, côté universitaire, avec la rédaction d’un projet de recherche sur deux ans (2019-2020), hébergé par la MISHA : le programme « Cultures et mondes ludiques ». J’ai interviewé plusieurs participants à la liste de diffusion pour recueillir leurs avis sur les enjeux de ce programme et, plus généralement, de la mise en réseau, au plan local, des professionnels du jeu et des chercheurs en sciences du jeu.

Retrouvez dans les prochains épisodes de Stras et Pixels les entretiens avec les universitaires qui, dans la région, travaillent sur le jeu. En commençant par Laurent Di Filippo, qui entre-temps, a été nommé maître de conférences à l’Université de Lorraine, précisément sur un profil de poste dédié au serious game.

Cultures et mondes ludiques : Quand le jeu s’invite dans la recherche universitaire – Prologue

Photo du profil de Pierre Dugame
About The Author
-

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>